Derrière tout projet, il y a des gens !

L’écriture est loin d’être une activité solitaire ! Derrière un écrivain on oublie souvent qu’il y a une foule de personnes : des bêta-lecteurs aux fans, en passant par les correcteurs, les graphistes, les conseillers en tout genre ou les bloggeurs, sans oublier nos proches qui nous soutiennent au quotidien, ça en fait du monde.

Et cette équipe ne cesse de s’agrandir de jour en jour.

Si vous aussi vous voulez rejoindre l’aventure, quel que soit votre profil, vos motivations, n’hésitez pas à me contacter directement.

Ecrire un livre

Avant de rendre honneur à toutes ces personnes, j’aimerais revenir sur un processus méconnu du grand public : l’écriture d’un livre ! Car oui, un livre ne s’écrit pas en un jour, ni en une fois. L’écriture d’un livre suit un cheminement, parfois assez long, que l’on peut décomposer en plusieurs étapes :

  1. Le premier jet

Ca, c’est le rôle de l’écrivain ! Après tout, il faut bien qu’il bosse un peu, non ? Ce premier jet nécessite souvent un temps de préparation en amont, de recherches, voire de réflexions afin de trouver les bonnes idées et de les mettre à plat avec les bons mots… un travail de créatif quoi !

J’en profite pour soulever une question : comment l’auteur peut-il savoir que ses idées sont bonnes et qu’elles vont plaire à un public ? Ben, il ne le peut pas, tout simplement. Il fait des choix totalement arbitraires et souvent, il a plus d’idées que de temps disponible pour les écrire. Par conséquent, un tas d’idées ne verront jamais le jour, et peut-être les meilleures…

Personnellement, je pense qu’il existe une autre méthode : s’en remettre à la communauté. A vous, plus exactement. Eh oui, après tout c’est vous qui lirez l’histoire donc autant que le pitch de base vous plaise, non ? C’est pourquoi dorénavant avant d’écrire le premier jet d’un roman je proposerai son synopsis à vos votes, et je n’écrirai que ceux qui ont obtenu le plus de voix. Ainsi, je pense « faire d’une pierre deux coups » : écrire un livre qui vous plaira autant à vous qu’à moi.

  1. La première relecture – les bêta-lecteurs

Une fois le premier jet terminé, l’auteur s’en remet aux bêta-lecteurs qui n’ont pas pour rôle de traquer les coquilles gramatico-orthographico-synthaxicales (même s’ils indiquent celles qu’ils repèrent – autant gagner du temps !), mais qui ont pour objectif principal de s’assurer que le sens global et local soit correct. « Que l’histoire tienne la route ! » en une phrase. Qu’elle soit compréhensible et que ce qu’a voulu faire l’auteur fonctionne, car oui, l’auteur seul ne pourra jamais le savoir. Pour lui, son histoire est toujours très claire, alors qu’en vérité, le premier jet a trèèèèès souvent besoin de quelques ajustements…

  1. La deuxième version

L’écrivain reprend son manuscrit et le modifie suivant les conseils (ou non) de ses bêta-lecteurs. Eh oui, les avis des bêta-lecteurs peuvent diverger. L’auteur doit donc changer de casquette pour prendre celle du gros méchant qui tranche ! Malheureusement, même si chaque avis compte, on ne peut pas plaire à tout le monde. L’important étant que l’intrigue soit compréhensible. Que l’histoire fonctionne. Qu’elle plaise ou non, ça c’est subjectif.

D’ailleurs, par expérience, je trouve cela très intéressant d’avoir au moins un de ses bêta-lecteurs qui n’aime pas le genre littéraire que j’écris car souvent il est de bon conseil, s’il n’entre pas dans la perversion de la mauvaise critique à tout bout de champs.

  1. La relecture – Les correcteurs

Le manuscrit est désormais écrit dans sa version finale : l’histoire ne sera plus modifiée. L’heure est arrivée de traquer les coquilles et de les éradiquer toutes ! Et ça, encore une fois, l’auteur ne peut le faire lui-même. Pour une raison toute simple : personne n’est infaillible ! Premièrement, on ne peut voir ses propres erreurs que si on a conscience qu’elles en sont et deuxièmement, le meilleur moyen pour voir les erreurs est de se détacher du sens. Ne plus lire l’intrigue, seulement les mots. Et ça, l’auteur en est souvent incapable. Il est toujours emporté par le sens. Il veut constamment rectifier ou modifier son texte, alors que là, il faut corriger ! Place aux correcteurs ! Et à leurs yeux d’experts !

  1. La mise en page

Eh oui, on l’oublie souvent, mais mettre en page un livre, selon son format, ça peut être long et laborieux. Et ça peut être très technique ! Mais c’est un passage obligé une fois le texte terminé et corrigé.

  1. La couverture – Les graphistes

Le manuscrit est fini, corrigé et mis en page, maintenant pour qu’il devienne un livre, il lui faut une splendide couverture. Voilà le moment où les graphistes, dessinateurs et spécialistes de l’image entrent en scène. Bien évidemment, cette étape est souvent faite en parallèle des autres, dès qu’on a le titre du livre.

 

Et voilà comment on fait un livre ! Car oui, il ne suffit pas de l’écrire… ^^ Il faut le peaufiner, le retravailler, etc.

Et ça ne s’arrête pas là : dernière étape…

 

  1. La distribution et la promotion

Maintenant que le livre existe, il faut le distribuer et accroître sa visibilité, en trois mots : le faire vivre ! Et là, tout le monde est convié. Tout le monde peut mettre sa pierre à l’édifice, tout simplement en le conseillant à ses proches, en retweetant des infos, en partageant sur les réseaux sociaux, en faisant la promotion d’un salon où l’on peut se le procurer, etc.

 

Maintenant, rendons honneur à tous ces gens dans l’ombre !

Mes deux premières bêta-lectrices ont toujours été et seront toujours ma chérie d’amour et ma mère. Je ne les remercierai jamais assez pour ce qu’elles font !

Aujourd’hui, elles ont été rejointes par Joanna, Sandrine, Valérie et Jean-Marc.

 

Côté correcteurs, Dimitri et Raphaël font un travail monstrueux, car pour être relecteurs, il ne suffit pas d’être volontaire, il faut connaître la langue française, ses règles et ses exceptions. Certaines personnes ont un don pour ça, d’autres n’y arriveront jamais (comme moi, par exemple. Je vous renvoie ici si vous vous demandez pourquoi).

Ils savent qu’ils ont mon éternelle reconnaissance.

 

Concernant les couvertures, aujourd’hui elles sont assurées par mes soins en attendant qu’un graphiste rejoigne l’aventure.

 

Et pour épauler tout ce beau monde, l’équipe compte aussi sur l’aide de :

Alex,

Eddy,

Jean-François,

Garance,

Grégoire,

Steffy,

Mag’,

Jérôme,

Les rôlistes de Lyon JDR,

Les membres de cocyclics,

Xav’,

Yon,

Jean-Marc,

Et la dernière arrivée, Manon.

Ainsi que de toute la communauté, pour leurs votes, leurs encouragements et leur soutien.

 

A toutes ces personnes, je dis : « merci ! ».

Sans vous, cette aventure n’existerait pas.

Du fond du cœur, merci pour tout. Pour chaque minute consacrée, pour chaque conseil, pour toutes ces petites choses qui bout à bout ont bâti ce rêve éveillé.

 

J.D.R. WOLKYN

 

P.S. Dernière mise à jour le 12 octobre 2017, donc depuis, à l’heure où vous lisez ces mots, j’ai dû en oublier des personnes. Pardonnez-moi. Le temps doit me manquer, mais le jour viendra où votre nom sera ici ! Je vous le promets ! 😉